Quand je veux délasser mon esprit, ce n'est pas l'honneur que je cherche, c'est la liberté.
PARTAGER

« Cantouque de l’écœuré »

extrait choisi, Les Cantouques, Montréal, Éditions Parti Pris, 1966

par la quotidienne jambette
faite à ma langue à mon esprit
par les chnolles que chaque jour coupe
par l’oppression et la chaux vive
des serviles nonos qu’un matin d’hiver
la guerre a fait de nous
par les gesteux les au coton
les travailleurs et les bilingues
par les petits crisses que le mélange
d’un homme et d’une femme ajoute
à cette anglicisante colonie
je me jette en toi comme une pierre
désespéré souriant toujours
au plafond démoli qui nous tombera dessus un jour
dans un blasphème anglais
Kraèsse de Tabeurnakeul de Saint-Ciboire
de Saint-Chrème